Ça mérite d’être épinglé

Le festival de parapente Les oreilles au vent 2015 se déroule pas très loin de chez moi, dans le département de la Vienne, aux environs de Mirebeau.

Comme il fait beau, je m’y rends à vélo, une vingtaine de km à faire vent de sud de face un peu contrariant.

Il est midi, je décide de manger sur place, la caisse à l’entrée nous échange des euros contre des jetons, histoire de ne pas avoir d’argent qui circule sur le site. Il est même possible de prendre un gobelet consigné qui sera remboursé sur simple demande.

Je trouve cette façon de procéder formidable car pas de cannettes vides qui traînent au sol.

Je prends pour 8 euros de jetons et un gobelet.

J’opte pour un sandwich saucisse, une barquette de frite et je vais m’installer sous un tivoli pour manger tout en regardant le spectacle.

Comme je devais pousser mon vélo, je n’ai pas pris de boisson car servie dans le fameux gobelet consigné et il m’aurait fallu une main de plus.

Le sandwich saucisse est bon, le pain frais est bien garni avec une saucisse et demi, les frites sont bien dorées, jusque là tout va bien.

Le repas fini, je regarde un peu les envols d’aéro-modélisme et de parapentes sous le soleil, pas d’ombre et l’après midi promet d’être très chaud, je décide alors de reprendre la route pour rentrer chez moi.

En repassant devant la caisse, je demande bien gentiment et bien poliment le remboursement de mes deux jetons restants.

La caissière ouvre des yeux tous ronds me dit qu’il n’est pas prévu de remboursement et se retourne vers son chef qui vient d’arriver.

Celui-ci, ayant entendu ma demande « saugrenue » me dit :

-Non, non on ne rembourse pas les jetons, vous vous rendez compte si on faisait çà on aurait plus de monnaie. D’ailleurs on a des consignes !

Je lui rétorque que l’an dernier on me les avait remboursés.

D’accord c’était une autre manifestation mais c’était le même organisateur.

-Prenez deux gobelets, me dit alors le chef.

-J’en fais quoi de vos gobelets, je suis à vélo.

-Vous les mettez dans votre sacoche et vous les gardez. Nous on a des consignes, on ne rembourse pas les jetons !

-Et mon appareil photo je le mets où ?

-N’insistez pas on a des consignes, on ne rembourse pas !

-Vous n’êtes pas sympas, la prochaine fois je ne viendrai pas à votre manifestation.

Puis je m’éloigne en poussant mon vélo pas vraiment contente d’être obligée de garder des jetons de caddies qu’on peut obtenir gratuitement alors qu’on me les a fait payer 1 euro chaque.

J’ai fait cinquante mètres en ruminant et je fais demi-tour, retournant à la caisse, je retrouve mes interlocuteurs.

Moi :

-Vous remboursez bien les gobelets si on vous les rapporte ?

Le chef :

-Oui parce qu’ils sont consignés !

Je continue :

-Donc, vous voulez bien me donner deux gobelets contre mes deux jetons et après je pourrais me faire rembourser mes deux gobelets ! Alors vous pouvez bien me rembourser mes jetons !

Un moment de silence, le chef et la caissière se regardent puis le chef me dit :

-Ben, vous prenez deux gobelets et vous revenez dans deux minutes et on vous les remboursera.

Moi :

-Eh bien non, vous me remboursez mes deux jetons maintenant, c’est tout !

La caissière me tend une pièce de deux euros et moi je lui rend ses deux jetons.

Bon d’accord ce sont des bénévoles qui ont fait un peu trop de zèle mais était-ce vraiment utile d’en arriver là ?